Jordi Savall

Des personnalités du monde guitaristique répondent à nos questions
ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9538
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Messagepar ClassicGuitare » dim. janv. 20, 2008 12:06 pm

Jordi Savall réinvente Hespèrion XX, qui devient Hespèrion XXI, qui fait paraître Diáspora Sefardí, son premier album. Bien plus qu'un disque. Une magie étoilée et scintillante.
Rencontre, bilan et confidences entre amis.

[hr]
Par Isabelle Battioni
"Nous sommes des musiciens de notre temps enracinés dans une culture ancienne. Il y a vingt-cinq ans, Montserrat et moi-même avions choisi de nous réunir avec quelques amis musiciens autour d'une formation, Hespèrion XX, pour mieux explorer le répertoire alors méconnu du baroque, en particulier celui des pays méridionaux. Depuis, bien du chemin a été parcouru dans la redécouverte tant des pratiques instrumentales anciennes que des œuvres oubliées. C'est dans une optique différente que nous créons Hespèrion XXI. Au fond, qu'est-ce qui nous importe le plus ? Ce n'est pas comme on pourrait le croire, de restituer des musiques d'une autre époque en tentant de reconstruire ce qui se faisait alors. Non. C'est de pouvoir dire : " Écoutez ces merveilleuses musiques. Ne sont-elles pas magnifiques ? N'ont-elles pas un pouvoir spirituel immense ? Ne sont-elles pas d'actualité ? " Nous les jouons en tant que musiciens actuels sans aucun complexe, sans aucune inhibition, sans nous imposer de limite de répertoire.
Pourquoi donc la musique ancienne aujourd'hui ? Si elle n'était pas d'une telle beauté, elle n'aurait pour moi guère d'intérêt. En fait, l'histoire pour l'histoire m'ennuie. La musique est essentielle parce qu'elle est porteuse de vie, de bonheur, de spiritualité. Comment la cantonner à la musique dite ancienne ? Dans l'Espagne d'après-guerre, j'ai eu la chance de faire mes études dans une école où le chant et la danse étaient aussi importants que lire, compter ou écrire. Ce fut une école de la vie. La musique n'y était pas vécue de manière intellectuelle, mais faisait partie de notre quotidien. On chantait comme on riait, mangeait ou étudiait. Nous n'avions rien pour nous distraire, ni jouets, ni télévision. Enfant et adolescent, danser lors des fêtes de village était une des choses que j'aimais le plus. La danse devint d'ailleurs une de mes passions. Aujourd'hui, on ne manque de rien. On est même enseveli sous un amas de biens matériels qui cachent une immense pauvreté spirituelle. À l'époque, il fallait survivre par sa seule force intérieure. Nous avions en commun la seule richesse quand tout fait défaut : le partage et l'amitié.

suite...

Avatar de l’utilisateur
jerry
(°_°)
Messages : 1282
Enregistré le : dim. nov. 12, 2006 6:53 pm
Localisation : eure 27
Contact :

Messagepar jerry » mar. févr. 12, 2008 6:33 pm

Merci Paulo :biggrin: très interressant
La musique repose sur l'harmonie entre le Ciel et la Terre, sur la coincidence du trouble et du clair.
Hermann Hesse


Retourner vers « Interviews »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité