Bayer, Eduard(1822-1908-bavière)

Musique romantique (début du XIXe siècle - début du XXe siècle)
Le terme romantique désigne La musique, la peinture influencées par le romantisme qui, à l'origine, est un mouvement littéraire.
Répondre
Avatar du membre
ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9535
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Bayer, Eduard(1822-1908-bavière)

Message par ClassicGuitare » ven. juin 23, 2006 9:03 am

Eduard Bayer (1822-1908)
aBayer-Portrait3.jpg
Méthode : http://classicguitare.com/viewtopic.php?f=248&t=12856
  • Biographie
Voir Caroli A. pseudo utilisé par Eduard Bayer : http://classicguitare.com/viewtopic.php?f=253&t=12972

Bayer, Edward, virtuose de guitare et cithare allemand bien connu et compositeur pour ces instruments, est né le 20 Mars 1822, à Augsbourg, en Bavière, et mourut à Hambourg, en 1908. Il était le fils d'un clerc de magistrat à Augsbourg et à l’âge de six ans Bayer eut le malheur de perdre son père.
Son génie musical se manifeste très jeune et doué d'une belle voix de soprano, ses services étaient constamment sollicités, étant l'un des principaux chanteurs de la chorale de l'église.
Le jeune Bayer, lisait aussi couramment et avec précision la musique, et au cours de son adolescence a commencé l'étude de la guitare.
Ainsi, il passe sans incident son enfance, et à l'âge de quinze ans, fit son apprentissage comme dessinateur et graveur dans une grande entreprise de sa ville natale.
Pendant six ans, il fut engagé dans cette profession, mais pendant ses moments de loisirs, il continue à se consacrer entièrement à l'étude de la guitare.
Comme preuve de ses capacités et l'estime témoignée par ceux qui le connaissaient, il est intéressant de noter le fait que le contremaître de l'usine où Bayer était employé, prit des leçons de guitare auprès de Bayer et devint un guitariste enthousiaste.
Toute l'ambition de Bayer était vraiment de devenir compétant sur son instrument et il n’aurait rien épargné pour parvenir à son but. Cette détermination persistante et ses capacités ne passèrent pas longtemps inaperçus, et nous constatons qu’un certain fonctionnaire municipal à Augsbourg du nom de Schmözl, qui était un éminent acteur de la guitare, reconnu dans l'enfant les possibilités d'un artiste rare et entrepris généreusement d’encourager et diriger ses études.
Les méthodes de Sor, Giuliani, Mertz et Legnani, mises à sa disposition ont toutes été étudiées à fond jusqu'à ce qu'enfin le jeune artiste fit sa première apparition publique en tant que soliste de guitare dans sa ville natale.
La réception reçue était encourageante, et son temps libre devint insuffisant pour répondre aux demandes de ses élèves. Il quitta donc son emploi pour embrasser la profession plus agréable d'enseignant, et se consacrer entièrement à la guitare. Il devint alors un homme heureux absorbé sans entrave dans sa propre étude de la musique et de la transmission de ses connaissances aux étudiants sérieux.
En 1848, avec Loe, un de ses élèves talentueux, il entreprit une tournée de concerts. Ils étaient tous deux jeunes et inexpérimentés ; mais la jeunesse et l'enthousiasme ne voyant pas l'échec, cela leur a donné un courage intrépide. Sans expérience, sans recommandations ou introductions, ils ont voyagé mais rencontré aucun succès. Ils étaient sur le point de rentrer chez eux quand un coup de chance vint modifier la situation. En passant par Darmstadt pendant leur voyage de façon inattendue, il leur a été demandé de jouer devant la cour et là, ont reçu les applaudissements authentiques et chaleureux du Grand-Duc héritier et de la duchesse, cette dernière étant une fille du roi Ludwig de Bavière. Étant désormais munis de recommandations de poids ils quittèrent la ville qui leur avait fourni cette agréable surprise et à partir de ce moment leur succès fut assuré. Leurs performances furent prisées, et des musiciens de renom comme Lachner, Franz Abt, Reissiger et d'autres rendirent hommage à leur génie en leur fournissant des témoignages élogieux. Ayant à présent été absent de sa ville natale pendant un certain temps Bayer y effectua une visite, mais avait hâte de repartir bientôt.
A présent seul, il eut l’occasion de voyager à travers la Hollande et la Belgique, et toutes les grandes villes allemandes sur son parcours, où les musiciens les plus célèbres étaient ravis de s'associer à ses concerts. À Dresde il a joué au Royal Court Theatre, à Leipzig dans le Hall de la Société de musique Euterpe, et recueilli aux deux endroits beaucoup d’applaudissements et honneurs.
Ses expériences étaient très variées, et à Wilbad en arrivant à la salle de concert il trouva avec consternation que son instrument avait été cassé pendant le voyage. A une autre occasion, devant un public aristocratique qui attendait sa performance, en frappant les premiers accords, le chevalet de sa guitare s'envola d’un coup avec toutes les cordes. L'atmosphère humide avait affecté la colle ; mais par la suite, il prit sa guitare avec lui à l'intérieur de la voiture et ses bagages avec ses vêtements furent fixés à l'extérieur du véhicule. Imaginez sa surprise en arrivant à destination, de constater que ceux-ci avaient disparu pendant le voyage ; il avait tout perdu à l'exception de ses témoignages et recommandations découverts par la police sur le bord de la route, saturés par la pluie. Un concert qui devait être donné à Pyrmont le même jour fut annulé.
La tournée de Bayer fut prorogée pour une période de deux ans lorsqu’il arriva à Hambourg. Dans cette ville, il rencontra la jeune femme qui devint plus tard son épouse, et se vit offert le poste de conseiller musical de la maison d'édition de la haute Nieymeyer qu’il accepta. Puis il s’installa à Hambourg pour le reste de sa vie.
Grâce aux conseils de Niemeyer, Bayer apprit la cithare et en peu de temps, devint passionné par cet instrument, mais sans jamais négliger la guitare. Sa première composition pour la cithare lui permis d’établir la communication et d’acquérir l'amitié des joueurs et compositeurs les plus célèbres pour cet instrument et aussi avec l'éditeur de musique P. Hoenes, de Trèves, qui publia désormais, tous les travaux de Bayer.
Un de ses élèves en guitare les plus célèbres était Otto Hammerer, qui, quand il atteint l'âge adulte fit beaucoup pour l'encouragement de la guitare ; il fut l'un des fondateurs de la Ligue internationale des guitaristes d'Allemagne.
Bayer est tenu dans la plus haute estime comme compositeur par ses compatriotes, mais il est pratiquement inconnu hors d'Allemagne. Il est l'auteur de nombreuses pièces pour guitare et aussi pour cithare.

Bayer a également beaucoup publié sous le pseudonyme de A. Caroli.http://classicguitare.com/viewtopic.php?f=253&t=12972
Op. 1 Collection de pièces pour guitare solo - ESMERALDA-167 pièces faciles
Op. 19, arrangements lyriques pour solo de guitare;
Op.20, Petite fantaisie pour la guitare, publié par Schuberth & Co., Leipzig;
Op. 23 Souvenir d'Ems pour deux guitares, tous deux publiés par Niemeyer, Hambourg;
Op. 37, Six landler pour deux guitares, André, Offenbach ;
plusieurs recueils de chants avec accompagnement de guitare-(Phoebus);
une méthode de guitare, publié par Böhm, à Augsbourg ;
de nombreuses compositions pour la cithare, et une méthode pour cet instrument, en trois parties, également publiée en anglais et en français."
[hr]
  • Partitions du domaine public
    • Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 1.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 2.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 3.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 4.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 5.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 6.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 7.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 8.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 9.pdf
      Op. 1 - Bouquet musical. Pieces choisies des operas modernes. Cah. 10.pdf
      Op. 2 - Fleurs du Bal. Collection de Quadrilles, Valses, Polkas etc., themes des Operas italiens. Cah. 1.pdf
      Op. 2 - Fleurs du Bal. Collection de Quadrilles, Valses, Polkas etc., themes des Operas italiens. Cah. 2.pdf
      Op. 3 - Le guitariste au salon, Cah. 16. Polca del Rhin de Fr. Vollmer.pdf
    • Op. 22 - Souvenir d'amour fantaisie brillante pour la guitarre seule à    10 ou 6Fcordes,
    • Op. 23 - Souvenir d'Ems 6 Laendler pour deux guitarres,
    • Op. 37 - Sechs Landler für zwei Guitarren,
      Op. 40 - Grand rondeaux.pdf
      Le repertoire du guitarriste. Morceaux modernes et non difficiles. Cah. 1. Stigelli, Les beaux Yeux.pdf
      Le repertoire du guitarriste. Morceaux modernes et non difficiles. Cah. 3. Bellini, Norma.pdf
      Le repertoire du guitarriste. Morceaux modernes et non difficiles. Cah. 4. Krebs, Heimath.pdf
      100 recreations agreables et instructives, Choisies des melodies celebres de Bellini, Donizetti etc. Cah. 1..pdf
      100 recreations agreables et instructives, Choisies des melodies celebres de Bellini, Donizetti etc. Cah. 2.pdf
      100 recreations agreables et instructives, Choisies des melodies celebres de Bellini, Donizetti etc. Cah. 3.pdf
      100 recreations agreables et instructives, Choisies des melodies celebres de Bellini, Donizetti etc. Cah. 4.pdf
      Le guitariste au salon, Cah. 15. Valse des Operas I due Foscari et Ernani de Verdi.pdf
      Bayer-Op03-LeGuitaristeAuSalon-Cahier16-Boije 48.pdf
      Le guitariste au salon, Cah. 17. Souvenir de Jenny Lind, gr. Valse par Bayer.pdf
      Divertissement pour la guitare.pdf
[hr]
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9535
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Re: Bayer, Eduard

Message par ClassicGuitare » jeu. sept. 13, 2012 8:53 am

ajout de beaucoup de partitions
voici la bio si quelqu'un veux traduire
Bayer, Edward, a well known German guitar and zither virtuoso and composer for these instruments, was born March 20, 1822, in Augsburg, Bavaria, and died in Hamburg, 1908. He was the son of a magistrate's clerk in Augsburg and when he was six years of age Bayer had the misfortune to lose his father. His musical genius showed itself very early and as he was endowed with a rich soprano voice his services were in constant requisition, being one of the principal vocalists in the church choir. Young Bayer, too, was a most accurate and fluent reader of music, and at this period during his teens he commenced the study of the guitar. In this uneventful way he passed his boyhood, and at the age of fifteen he was apprenticed as a draughtsman and engraver to a large firm in his native city. For six years he was engaged in this occupation, but during his leisure moments he devoted himself entirely to the continued study of the guitar. As a proof of his ability and the estimation with which he was regarded by those who knew him, it is interesting to record the fact that the foreman of the works where young Bayer was employed took lessons on the guitar from the lad and also became an enthusiastic guitarist. Bayer's whole ambition was to become really proficient on his instrument and he spared nothing that would accomplish his purpose. Such persistent determination and ability could not long pass unnoticed, and we find that a certain municipal official in Augsburg by the name of Schmözl, who was an eminent performer on the guitar, recognised in the lad the possibilities of a rare artist and he generously undertook to direct and encourage his studies. The methods of Sor, Giuliani, Legnani and Mertz, he placed at his disposal and these were all thoroughly studied till at length the young artist made his first public appearance as a guitar soloist in his native city. The reception he received was most encouraging and now his spare time was not sufficient to meet the demands of his pupils. Haver therefore quitted the workshop for the more congenial occupation of teaching, and devoting himself entirely to playing. He said that he was then a happy man engrossed in his own unhindered study of music and imparting his knowledge to earnest students.
In 1848 with Loe, one of his talented pupils, he undertook a concert tour. They were both young and inexperienced; but youth and enthusiasm saw no failure and gave them undaunted courage. Without experience, without recommendations or introductions they travelled and met with no success. They were on the point of returning home when a fortunate stroke altered the whole circumstances. Having to pass through Darmstadt on their journey they were quite unexpectedly commanded to play before the court and they received genuine and hearty applause from the Hereditary Grand Duke and Duchess, the latter being a daughter of King Ludwig of Bavaria. Being now provided with weighty recommendations they left the town which had provided them with such a pleasant surprise and from this time their success was assured. One court after another commanded their performance and musicians of renown as Lachner, Franz Abt, Reissiger and others paid homage to their genius and supplied them with eulogistic testimonials. Having now been absent from his native city for some time Bayer made a visit there, but was soon again anxious to travel. Now he went alone and upon this occasion he travelled through Holland and Belgium performing at all the important German cities on his route, where the most celebrated musicians were delighted to associate themselves with his concerts. In Dresden he played in the Royal Court Theatre, in Leipzig in the Music Society's Hall, Euterpe, and gained at both places great applause and honour. His experiences were very varied, for in Wilbad when he arrived at the concert hall he found to his consternation that his instrument had been broken during the journey by coach; upon another occasion when an aristocratic audience was waiting for his performance and he was striking the first chords, the bridge of his guitar suddenly flew off and with it all the strings. The damp atmosphere had affected the glue ; but in the future he was particular to take his guitar inside the coach with him and leave his trunk with his clothes and possessions fastened on the outside. Imagine his surprise on arrival at his destination to find these had been cut away during the journey, and he lost everything with the exception of his testimonials and recommendations which were discovered upon the roadside by the police, saturated by rain. A concert given at Pyrmont, however, the same day made good his loss.
Bayer's tour had extended for a period of two years when he arrived in Hamburg. In this city he met the young lady who afterwards became his wife, and being offered the position of musical adviser to the publishing firm of Nieymeyer senior he accepted, and settled in Hamburg for the remainder of his life. Through the advice of Niemeyer, Bayer took up the zither and in a short time he was passionately fond of this instrument too ; but he never neglected his guitar. His first composition for the zither brought him into communication and friendship with the most celebrated players and composers for this instrument and also with the music publisher P. Hoenes, of Trier, who from this time issued all the works of Bayer. One of his most celebrated pupils on the guitar was Otto Hammerer, who, when he attained manhood did much for the encouragement of the guitar, and was one of the founders of the International League of Guitarists of Germany. Bayer is held in the highest estimation as a composer by his countrymen, but he is practically unknown out of Germany. He is the author of numerous pieces for the guitar and also the zither. Bayer also published much under the pseudonym of A. Caroli. Op. 1, Collection of pieces for guitar solo ; Op. 23, Souvenir d'Ems for two guitars, both published by Niemeyer, Hamburg ; Op. 19, Operatic arrangements for guitar solo ; Op. 20, Petite fantasia for guitar, published by Schuberth & Co., Leipzig; Op. 37, Six landler for two guitars, André, Offenbach ; several collections of songs with guitar accompaniment ; a guitar method, published by Böhm, Augsburg ; numerous compositions for the zither, and a method for this instrument, in three parts, which is also published in the English and French languages.

Avatar du membre
Schneider
*3*
Messages : 673
Enregistré le : mer. nov. 04, 2009 11:01 am
Localisation : Paris

Re: Bayer, Eduard

Message par Schneider » mar. juin 17, 2014 8:23 am

Portraits :
Eduard-Bayer-method.jpg
Eduard-Bayer-am-Stativ.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Je ne comprends pas ce qu'il fait mais il doit avoir raison parce-qu'il est jeune et que je suis vieux (Mahler à propos de Schönberg)

Avatar du membre
ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9535
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Re: Bayer, Eduard

Message par ClassicGuitare » mar. juin 17, 2014 8:55 am

Premier message modifié

Avatar du membre
Mitaki
*_*
Messages : 1210
Enregistré le : mar. déc. 13, 2011 11:59 pm
Localisation : Yvelines
Contact :

Re: Bayer, Eduard

Message par Mitaki » sam. juin 28, 2014 6:52 am

Voici un petit air de sa méthode,le boléro...
Boléro_bayer.pdf
Dessin de Vincent Vellard

Avatar du membre
ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9535
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Re: Bayer, Eduard

Message par ClassicGuitare » sam. juin 28, 2014 6:35 pm

Gros travail, Merci beaucoup

Répondre

Retourner vers « Romantique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité