Bizet, Georges (1838-1875-fr)

Musique romantique (début du XIXe siècle - début du XXe siècle)
Le terme romantique désigne La musique, la peinture influencées par le romantisme qui, à l'origine, est un mouvement littéraire.

Modérateur : Schneider

Répondre
Avatar du membre
PRIVET Francis
(°_°)
Messages : 1434
Enregistré le : dim. sept. 20, 2009 1:07 am
Localisation : Sélestat - Alsace
Contact :

Bizet, Georges (1838-1875-fr)

Message par PRIVET Francis » lun. avr. 27, 2015 5:06 pm

Bizet-Portrait-wiki.jpg
Biographie wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Bizet
Alexandre-César-Léopold Bizet, plus connu sous le nom de Georges Bizet, est un compositeur français né le 25 octobre 1838 à Paris et mort le 3 juin 1875 à Bougival. Il est le compositeur de Carmen, l'un des opéras les plus connus et les plus joués.
Biographie[modifier | modifier le code]
Un musicien surdoué[modifier | modifier le code]

Acte de baptême de Georges Bizet en date du 16 mars 1840 en l'église Notre-Dame-de-Lorette à Paris.
Alexandre César Léopold Bizet est né le 25 octobre 1838 au 26 rue de La Tour-d'Auvergne à Paris (ancien 2e arrondissement)1. Son père, Adolphe Armand Bizet, d'abord installé comme coiffeur et perruquier, s'est reconverti dans l'enseignement du chant en 1837. Sa mère, Aimée Léopoldine Joséphine Delsarte, pianiste, lui enseigne les premiers rudiments de l'instrument. Son oncle François Delsarte, professeur de chant, spécialiste de Gluck, est célèbre dans l'Europe entière. L'opéra et le piano marquent donc d'emblée de leur empreinte le destin du jeune homme.

L'enfant est rebaptisé Georges le 16 mars 1840 lors de son baptême en l'église Notre-Dame-de-Lorette à Paris : son parrain est Philippe Louis Brulley de la Brunière et sa marraine est Hyppolite Sidonie Daspres2.

Georges montre très tôt des dons pour la musique et entre au Conservatoire de Paris à l'âge de neuf ans, dans la classe de piano de Marmontel. Il y obtiendra un premier prix de piano en 1851, puis un second prix en 18523. La même année, il entre dans la classe d'orgue de Benoist. En 1853, il entre dans la classe de composition de Jacques Fromental Halévy, auteur de nombreux opéras dont La Juive et qui a compté Charles Gounod parmi ses élèves. Le jeune Bizet obtient un second prix d'orgue et de fugue en 1854, puis un premier prix en 1855. Il travaille également avec Pierre Zimmermann, le prédécesseur de Marmontel au Conservatoire.

À l'automne 1855, âgé d'à peine dix-sept ans, il compose en un mois sa première symphonie, en ut majeur, œuvre d'une grande vivacité, inspirée par la Première Symphonie de Gounod, dont il vient de publier une version pour piano à quatre mains. Sa symphonie en ut n'a été redécouverte qu'en 1933 dans les archives du Conservatoire de Paris et n'a été créée que deux ans plus tard à Bâle. En 1856, son opérette Le Docteur Miracle (créée le 9 avril 1857) remporte le premier prix du concours d'opérette.

En 1857, à l'âge de 19 ans, il remporte avec sa cantate Clovis et Clotilde le Grand Prix de Rome de composition musicale, prestigieux tremplin à cette époque pour une carrière de compositeur et dont la récompense est un séjour de trois ans à la Villa Médicis. L'Académie de France à Rome que Napoléon Bonaparte avait transférée à la Villa Médicis accueillait de jeunes artistes pour leur permettre de se perfectionner dans leur art et leur demandait en retour de réaliser des travaux annuels envoyés et jugés à Paris. Ces travaux étaient appelés les « envois de Rome ». Ce séjour en Italie loin de sa famille a une importance considérable dans la vie du jeune musicien qui découvre le bonheur d'être libre, la beauté de Rome et de la nature qui l'entoure. Ce séjour heureux l'aide à grandir et à s'affranchir des règles strictes imposées par l'école et par sa mère. « Le Bizet de Carmen est né en Italie » (Biographie de Bizet, Les Amis de Georges Bizet).

Pendant son séjour à l'Académie de France à Rome, il effectue les « envois » ordinaires :

un opéra-bouffe en deux actes (1858/9) : Don Procopio, sur un livret de Carlo Cambiaggio,
une ouverture (1861): La Chasse d'Ossian,
un opéra-comique en un acte (1862) : La Guzla de l'émir, sur un livret de Jules Barbier et Michel Carré.

Œuvre[modifier | modifier le code]
Son nom reste associé pour la postérité à l'opéra Carmen, l'un des piliers du répertoire lyrique français, et à la suite d'orchestre L'Arlésienne, connue pour le thème de La Marche des rois.

Lyrique[modifier | modifier le code]
Le Docteur Miracle, opérette (1856)
Don Procopio, opéra-bouffe (1858-59), créé en 1906
La Prêtresse, opérette inachevée
Les Pêcheurs de perles, opéra (1863)
Ivan IV, (1862-65) créé en 1946
La Jolie Fille de Perth, opéra (1866)
Noé, opéra de Fromental Halévy achevé par Georges Bizet (1869)
Djamileh, opéra en un acte (1871)
L'Arlésienne, musique de scène (1872) ( il a ensuite fait une suite de l'arlésienne pour la pièce d'Alphonse Daudet .)
Carmen, opéra-comique (1875)
Musique pour orchestre[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sur la maison de Bizet à Bougival
Symphonie en ut majeur (1855)
Ouverture (1855)
Suite d'orchestre : Scherzo et Andante, Marche funèbre (1860-1861)
Six Chants du Rhin (1865)
Marche funèbre (1868-69)
Symphonie « Roma » ou Souvenirs de Rome (1860-68, révisée en 1871)
Jeux d'enfants, suite orchestrale tirée des no 2, 3, 6, 11 et 12 de la Suite pour piano à quatre mains (1872)
L'Arlésienne, suite no 1 (1872) — La suite no 2 a été orchestrée après la mort du compositeur par Ernest Guiraud.
Patrie, ouverture symphonique (1873)
Musique pour piano[modifier | modifier le code]
Grande Valse de concert en mi bémol (1854)
Nocturne en fa majeur (1854)
Trois esquisses musicales (1858)
Chants du Rhin (1865)
Variations chromatiques de concert (1868)
Nocturne en ré majeur (1868)
Jeux d'enfants, douze pièces pour duo ou piano à quatre mains (1871)
Musique chorale[modifier | modifier le code]
Valse en sol majeur, pour chœur mixte et orchestre (1855)
La Chanson du Rouet, pour voix solo et chœur mixte (1857)
Clovis et Clotilde, cantate (1857)
Te Deum, pour soprano, ténor, chœur mixte et orchestre (1858)
Vasco de Gama, ode-symphonie (1859-60)
La mort s'avance, pour chœur mixte et orchestre (1869)
Mélodies[modifier | modifier le code]

Manuscrit de Sérénade de Georges Bizet, 1874
Vieille Chanson (1865)
Après l'hiver (1866)
Feuilles d'album, six chansons (1866)
Chants des Pyrénées, six chansons folkloriques (1867)
Berceuse (1868)
La Coccinelle (1868)
Sérénade : Ô, quand je dors (1870)
Absence (1872)
Chant d'amour (1872)
Écrits[modifier | modifier le code]
Lettres à un ami, 1865-1872
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Avatar du membre
PRIVET Francis
(°_°)
Messages : 1434
Enregistré le : dim. sept. 20, 2009 1:07 am
Localisation : Sélestat - Alsace
Contact :

Re: Bizet, Georges (1838-1875-fr)

Message par PRIVET Francis » mar. avr. 28, 2015 8:45 am

[BBvideo 525,350][/BBvideo]
[BBvideo 525,350][/BBvideo]

[BBvideo 525,350][/BBvideo]

Sur freescores, transcriptions pour 1, 2 ou 3 guitares.

Répondre

Retourner vers « Romantique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités