Marschner, Heinrich August (1795-1861-de)

Musique de la période classique (1750 à 1830)
Depuis la mort de Johann Sebastian Bach au début de la période romantique . Par extension, on appelle « musique classique » toute la musique savante européenne, de la musique de la Renaissance à la musique contemporaine
Répondre
Avatar du membre
jerry
(°_°)
Messages : 1271
Enregistré le : dim. nov. 12, 2006 6:53 pm
Localisation : eure 27
Contact :

Marschner, Heinrich August (1795-1861-de)

Message par jerry » jeu. déc. 28, 2006 10:14 pm

Image[/align]
[/list]
La musique repose sur l'harmonie entre le Ciel et la Terre, sur la coincidence du trouble et du clair.
Hermann Hesse

Avatar du membre
Mickey
****
Messages : 41
Enregistré le : ven. déc. 15, 2006 12:03 am
Localisation : Isère
Contact :

Message par Mickey » jeu. déc. 28, 2006 10:44 pm

C'est vrai qu'il est bien oublié ce compositeur.
C'est bien dommage d'ailleurs car ses pièces sont intéressantes et changent des sempiternelles giulianades ou autres scies que nous pondent les guitaristes !
Merci de les mettre à    la disposition de tous.

Avatar du membre
ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9535
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Message par ClassicGuitare » ven. déc. 29, 2006 12:46 pm

Merci Jerry
Le niveau des 12 bagatelles n'est pas difficile, je dirais entre moyen et secondaire, donc assez abordable pour la plupart des guitaristes.

Avatar du membre
ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9535
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Marschner, Heinrich August (1795-1861-de)

Message par ClassicGuitare » ven. févr. 11, 2011 10:06 am

Heinrich August Marschner ( 1795 - 1861 )
Heinrich Marschner.jpg
  • Biographie
Heinrich August Marschner naît le 16 août 1795 à Zittau, petite bourgade de Saxe située à environ 90 km de Dresde, et chante dès son plus jeune âge dans le choeur du Gymnasium de la ville. Le jeune Heinrich prend ses premières leçons auprès de Karl Hering, sans envisager de faire de la musique son métier, puis s'installe en 1813 à Leipzig, ville qui vient de voir naître Richard Wagner, afin d'y étudier le droit à l'Université. Lors d'un voyage à Vienne en 1817, il rencontre Beethoven, à l'origine de sa décision de se consacrer corps et âme à la musique, ce à quoi le pousse aussi le cantor de la Thomasschule de Leipzig Johann Gottfried Schicht.

C'est à cette époque que le jeune compositeur devient, à Presbourg, précepteur musical chez le comte Zichy et Kapellmeister chez le prince Krasatkowitz. Il se met alors à composer, à ses heures perdues, des opéras, genre pour lequel il a toujours nourri le plus grand intérêt. Son premier opéra, Titus, ne connaîtra jamais les honneurs de la scène, mais très vite, le compositeur se fait remarquer par Weber, alors directeur musical de l'Opéra de Dresde, qui fait représenter son opéra historique Heinrich IV und d'Aubigné le 19 juillet 1820 dans la capitale saxonne.

A la mort soudaine de Weber à Londres en 1826, Marschner est sur la liste des prétendants à la succession de l'auteur du Freischütz, mais le poste lui échappe. Il quitte alors Dresde pour devenir Kapellmeister du Stadttheater de Leipzig, pour lequel il écrira deux opéras romantiques : Der Vampyr (Le Vampire, 1828), et Der Templer und die Jüdin (le Templier et la Juive, 1829), d'après Ivanhoe de Walter Scott. En 1830, on propose au compositeur le poste de Kapellmeister de l'Opéra de Hanovre, qu'il accepte, pour y passer les trente dernières années de son existence. A cette époque, il voyage à Breslau, Aix-la-Chapelle et Berlin, où il se lie d'amitié avec Mendelssohn, et devient progressivement le chef de file de l'opéra national allemand grâce à Hans Heiling (1833), le plus grand succès de sa vie.

En dépit d'une renommée qui devrait lui ouvrir de nombreuses portes, Marschner a du mal à se faire jouer régulièrement en raison de son hostilité à la tradition italienne, alors très en vogue à Hanovre. Sa production se ralentit alors petit à petit, et le compositeur s'éteint le 14 décembre 1861, peu de temps après avoir échoué, malgré l'appui de Rossini, à faire créer à Paris son dernier opéra Hiarne, suite au tout récent scandale de Tannhaüser dans la capitale française. Outre 23 opéras, la production de Marschner comprend un ballet, de la musique de scène, des dizaines de lieder, plusieurs oeuvres chorales, ainsi qu'un peu de musique instrumentale.


[hr]
  • Partitions du domaine public
    • Op. 4 - Bagatelles No. 1 et 2.pdf
      Op. 4 - Bagatelle No. 5 Allegretto.pdf
      Op. 4 - Bagatelle N. 10.pdf
[hr]
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Répondre

Retourner vers « Classique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité