Handel, Georg Friederich (1685-1759-de)

Musique baroque (1600 à 1750)
Le baroque s’étend environ du début du XVIIe siècle (création de l'opéra) au milieu du XVIIIe siècle (effacement du contrepoint en faveur de l'harmonie), de façon plus ou moins uniforme selon les pays .

Modérateur : Schneider

ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9533
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Handel, Georg Friederich (1685-1759-de)

Messagepar ClassicGuitare » jeu. juil. 06, 2006 9:27 am

GEORG FRIEDERICH HANDEL (1685- 1759) Image
    Biographie

GEORG FRIEDERICH HANDEL (1685- 1759)
Il était né, Georg Friedrich Handel, à   Halle, en Allemagne, le 23 février 1685, dans une famille qui n'avait aucun antécédent en musique.

Malgré les signes précoces d'un talent prodigieux démontrés par son fils, le père avait décidé que Georg étudierait le droit. Finalement, lors d'une visite à   un parent à   la cour ducale de Saxe-Weissenfels, le duc, après avoir écouté Georg jouer l'orgue, pressa son père de lui laisser suivre des leçons.

A l'âge de 12 ans, Handel avait progressé remarquablement dans ses études du hautbois et du violon mais particulièrement du clavier. En 1697, le père de Handel meurt mais Georg, voulant honorer les désirs de son père, s'inscrit à   la faculté de droit de l'université de Halle. Il y resta à   peu près un an avant de quitter pour devenir organiste de l'église à   Moritzburg. Après une autre année, Handel quitte ce poste pour accepter une place au sein des deuxièmes violons de l'opéra de Hamburg.

En 1704, le directeur Keiser donna généreusement le libretto Almira au jeune Handel, âgé de 19 ans, afin qu'il puisse tenter sa première chance dans l'écriture d'un opéra. Le résultat fut un succès éclatant ce qui rendit Keiser très nerveux. A partir de ce jour, le directeur s'employa, par tous les moyens, à   chasser son jeune rival hors de la ville. En 1706, Handel en eut assez; il prit ses épargnes et s'en alla en Italie afin de voir ce qu'il pourrait obtenir pour son art et sa fortune. Dans les deux cas, il en obtint beaucoup.

A Florence, il produisit son opéra Rodrigo avec sans grand succès mais, en 1708, son oratorio italien, La Resurrezione, dirigé à   Rome par Arcangelo Corelli, le rendit instantanément célèbre. Les italiens le surnommèrent "le Saxon" (Il Sassone).

Ses triomphes en Italie firent de Handel l'un des plus célèbres jeunes compositeurs du continent. En 1710, il retourna en Allemagne. Handel était sans repos; la même année, il reçut un congé pour aller visiter Londres. Il y produisit, en 1711, son opéra italien Rinaldo, qui n'était, somme toute, qu'un assemblage de matériel que Handel mit ensemble dans l'espace de deux semaines. Il fit sensation auprès du public londonien.Handel retourna, pour un certain temps, à   son poste à   Hanovre. En 1712, il obtient un autre congé pour retourner à   Londres, cette fois pour un temps raisonnable, afin d'y présenter d'autres opéras.

Handel s'est établi en Angleterre pour faire fortune en écrivant des opéras pour les audiences mondaines de Londres qui, au cours de ces années, recherchaient les spectacles dans le style italien et en italien. En 1719, un groupe de nobles a formé l'Académie royale de musique dont le but principal était de présenter des opéras italiens et nomma Handel comme l'un des directeurs. Dans la décennie après 1720, Handel écrivit quinze nouveaux opéras pour l'Académie royale dont certains firent sensation.

En 1737,Handel produisit quatre nouveaux opéras mais ce fut peine perdue. Cette année-là   , sa compagnie, ses finances personnelles et sa santé périclitèrent toutes ensemble. Après avoir subi une attaque paralytique et un affaissement mental, Handel se traînait aux bains d'Aix-la-Chapelle en rageant contre "cette chair infernale". Il était âgé de 52 ans et apparemment fini.

A la fin de 1737, Handel réapparaît à   Londres pour y monter une autre compagnie pour laquelle il écrivit un opéra par année pendant la période allant de 1738 à   1741. En 1741, il présenta Deidamia, c'était le dernier de ses 46 opéras.

L'année 1741 marque un tournant historique tant au niveau des finances de Handel que de l'histoire de la musique chorale. Le vice-roi d'Irlande l'invite, à   Dublin, pour y produire un concert pour des œuvres de charité. Pour l'occasion, Handel amène avec lui un nouvel oratorio simplement appelé Messiah (Le Messie). Handel avait écrit cette œuvre gigantesque en moins de 24 jours à   partir du 22 aot 1741. Une partie considérable de cet oratorio est du matériel recyclé.En avril 1742, Messiah est donné, en première, à   Dublin, au milieu d'excitations délirantes. Il semble que ce fut l'une des rares occasions dans l'histoire où une grande œuvre fut immédiatement perçue à   sa pleine valeur.

Quoique l'oratorio Messiah lui ait apporté richesse et renommée, la productivité phénoménale de Handel n'a pas pour autant diminué. Les années qui suivirent virent une séquence ininterrompue de pièces d'occasions, de grands oratorios dont Jephte en 1752.

C'est en composant cette œuvre que Handel commença à   avoir du trouble avec ses yeux. Tout de même, au cours des huit années qui suivirent, Handel continua à   donner des concerts d'orgue, à   diriger les représentations de ses oratorios et, à   réviser d'anciennes compositions à   l'aide d'un assistant. Au printemps de 1759, à   l'âge de 74 ans et aveugle, il dirigea et joua l'orgue à   l'occasion de pas moins de 10 représentations d'oratorios à   l'intérieur d'un seul mois. A une représentation du Messiah, le 6 avril, il s'évanouit à   la fin de la représentation. Il dut être reconduit chez lui et mis au lit. Sentant qu'il ne se lèverait plus, il fit la remarque suivante: "J'aimerais mourir un Vendredi Saint". Il le manqua de quelques heures puisqu'il est mort tôt, le 14 avril, le Samedi Saint.
[hr]
    Partitions du domaine public

    • Minueto Arrangement pour guitare: Francisco Tàrrega
      HWV 534a Menuet 1.pdf

      HWV 543b Menuet 2.pdf

      HWV 603 Menuet.pdf

      Menuet de la Symphonie Samson.pdf

      Coral.pdf

      Largo (duo).pdf


[hr]
Sources:
kb.dk/
goldbergweb.com
earlyguitar.net
library.wustl.edu
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

ClassicGuitare
Administrateur
Messages : 9533
Enregistré le : sam. mai 21, 2005 10:22 am
Localisation : Lausanne
Contact :

Re: Handel, G. F

Messagepar ClassicGuitare » jeu. déc. 02, 2010 9:48 am

Six nouvelles partitions ajoutées

Avatar de l’utilisateur
jluis
*1*
Messages : 246
Enregistré le : mar. avr. 26, 2011 11:23 am
Contact :

Re: Handel, G. F

Messagepar jluis » mar. mai 17, 2011 8:11 am

Deux pièces de Haendel.
Une transcription de la première est incluse dans l'anthologie:
I BIS DEL CONCERTISTA. Composizioni scelte per chitarra Vol. II (Chiesa) - Suvini Zerboni - Milano,
constituée par des pièces pour être jouées comme "encores", ce pourquoi ils ne sont pas des pièces faciles.
Amicalement,
JLuis
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

Dans les transcriptions de musique pour luth j'ai le critère Urtext = texte original, dont l'adaptation définitive pour la guitare doit être effectuée par le joueur. Principalement des changements d'octave dans le basse et autres petits changements.

michdou
Messages : 2
Enregistré le : dim. août 23, 2015 12:07 am
Contact :

Re: Handel, Georg Friederich (1685-1759-de)

Messagepar michdou » dim. août 23, 2015 12:50 am

Bonjour.
Je suis mi-débutant en guitare classique.
Je suis séduit par la sarabande de Haendel
Je possède actuellement une partition mais ce qui me gêne c'est que je dois à chaque fois régler la 6°corde (Mi) sur Ré et les accords sont assez lourds
Connaîtriez-vous une partition (avec tablature et doigté) ,même moyennant finance, qui puisse remédier à ça.
Merci et salutations à tous


Retourner vers « Baroque »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités